Bébé

Bébé siamois : qu’en est-il ?

Les bébés siamois désignent des jumeaux qui ne se sont pas détachés complètement pendant leur gestation.

Toute femme enceinte durant la grossesse craint parfois de mettre au monde un bébé siamois  et cette crainte est justifiée.

Comment survient le phénomène siamois chez certains bébés ?

En effet, avant de devenir des siamois, ils sont au tout départ des embryons monozygotes avec une anomalie de développement. La division est anormale car les cellules qui doivent se diviser tardent à le faire. Pendant une division normale, les organes sont partagés au fur et à mesure que le temps passe.

D’après les statistiques, un quart des jumeaux siamois qui voient le jour vont survivre plusieurs années. Les garçons semblent être les plus touchés par cette mutation.

Origine de l'appellation « siamois »

Le mot « siamois » doit son origine aux frères jumeaux Chang et Eng Bunker. Cette appellation de « siamois » remonte au 19ème siècle, en Thaïlande, dans la ville de Siam.

Chang et Eng Bunker étaient unis par un cartilage latéral au niveau de la poitrine et du ventre ; leur physique assez particulier leur permis de gagner en notoriété ce qui augmenta leur popularité. Ces derniers étaient considérés comme une sorte de « bêtes de cirque » en 1829.

Pour la petite histoire, les frères siamois ont ensuite laissé tomber leur emploi pour aller vivre en Amérique, en Caroline du Nord. S’étant mariés tous les deux, ils ont eu 10 et 12 enfants. Leur décès a été attribué à une pneumonie contractée par Chang qui l’a aussi transmis à son frère non séparé. Il y a toutefois eu 3 heures d’intervalle empreintes de panique entre les heures de leurs décès respectifs.

 

Les différents types de bébé siamois

La classification des siamois est fonction de la partie anatomique qui les relie. Il existe les jumeaux siamois symétriques et les jumeaux siamois asymétriques.

L’on distingue parmi les jumeaux siamois symétriques:

Les thoracopages

Siamois unis au niveau du thorax

Les pycopages

Siamois unis au niveau de la partie inférieure du bassin

Les craniopages

Les rachipages

Siamois unis au niveau du dos

Les céfalopages

Siamois  qui ont leur connexion au niveau de la tête

Siamois qui ont une boîte crânienne commune.

Parmi les jumeaux siamois asymétriques, le plus petit va puiser beaucoup plus de l’organisme du plus développé en raison de l’absence de maturation de certains organes.

Quelle conduite à tenir vis-a-vis des bébés siamois ?

L’opération n’est toujours pas une réussite dans certains cas. En effet, il est souvent difficile voire impossible d’opérer pour séparer les deux enfants car tout dépend du type de siamois.

Si, par exemple, ils sont fusionnés par le crâne, le risque que les cerveaux soient connectés est grand. Dans ce cas, l’intervention est difficile. Si ce sont des siamois de type omphalophage, c’est-à-dire reliés par la partie inférieure de l’abdomen, l’opération est moins difficile.

Avant l’opération chirurgicale qui consiste à séparer les deux bébés, une série d’examens complets est effectuée en vue de déterminer les organes complets et manquants.

Quelle fréquence pour les bébés siamois ?

La fréquence du phénomène est estimée à 1 cas sur 50 000 à 100 000 naissances.

Suivant le type de malformations qu’engendre le partage d’organe, la plupart ne survivent pas jusqu’à la naissance. C’est le cas des bébés qui partagent les mêmes ventricules du coeur, il n’existe aucun cas connu de survie.


Bébé siamois, décelé à l’échographie ?

Cela est décelé dans certains cas à l’échographie durant la grossesse. Dans d’autres cas NON !!

Cela dit, le diagnostic des bébés siamois à l’échographie permet d’interrompre la grossesse quand les chances de survie sont jugées trop faibles.

Un cas de bébés siamois au Cameroun

Dans le cas des soeurs camerounaises Bissie et Eyenga Merveille, les fillettes étaient reliées entre elles à la base du thorax. Elles possédaient chacune un foie mais ils étaient attachés l’un à l’autre. L’existence de deux pancréas a également rendu possible l’opération de séparation, le 13 novembre 2019.

Il existe aussi des cas où les enfants sont séparés pour permettre la survie d’un seul des deux jumeaux, l’autre étant considéré comme trop faible pour survivre sans l’apport des organes de son frère ou de sa sœur.

Leave a Reply