Grossesse pathologique

Enceinte malgré la ménopause : est-ce possible ?

On parle de ménopause lorsqu’une femme n’a plus eu de menstruations (aménorrhée) pendant douze mois consécutifs. Le diagnostic est confirmé par des dosages hormonaux.

On distingue deux étapes dans la ménopause :

  • la pré-ménopause

Elle dure plusieurs années et est marquée par la survenue de règles irrégulières

  • la ménopause confirmée

Elle succède à la première.  Elle se caractérise par une interruption totale des cycles menstruels, des bouffées de chaleur, de sudations nocturnes, de sensations de gonflements dans les seins ou dans le corps dans son ensemble, sans oublier les sautes d’humeur ou les problèmes de sommeil.

Enceinte et ménopausée ? Des cas de figures

a- En cas de ménopause prématurée ou précoce

La ménopause survient aux alentours de 50 ans. Mais il peut également arriver que la ménopause précoce apparaisse beaucoup plus tôt, chez des jeunes femmes souhaitant des enfants.

Dans ce cas, l’on parle d’insuffisance ovarienne prématurée car, les ovaires n’assurent plus leurs fonctions hormonale et reproductive. Sans ovulation, il n’est pas possible d’être enceinte naturellement.

Dans le cas de ménopause précoce, il existe cependant des traitements pour provoquer une grossesse après une ménopause précoce.

b- En cas de ménopause artificielle

La ménopause artificielle peut survenir suite à une chimiothérapie ou à une radiothérapie par exemple. Dans ce cas contexte, il est possible de procéder à la vitrification d’ovocytes  qui consiste à de prélever des ovules avant l’intervention et de les congeler.

L’on peut également faire recours à une donneuse d’ovocytes qui seront fécondés in vitro par les spermatozoïdes du conjoint ou d’un donneur. Les œufs seront ensuite implantés dans l’utérus de la patiente ménopausée, préparée pour la grossesse grâce à une stimulation hormonale reproduisant le cycle menstruel.

En dépit de cette ménopause précoce, il est encore possible de contracter une grossesse car, des ovulations peuvent encore se produire de temps en temps si les ovaires sont en veille plutôt qu’à l’arrêt complet.

b- Une grossesse après 49 ans ?

Une femme ayant déjà franchie le cap de la ménopause et désireuse de tomber enceinte devra faire recours à un traitement médical. Elle devra donc :

  • d’une part, recevoir des hormones qui vont préparer son utérus à accueillir un œuf fécondé.
  • D’autre part, comme la fécondation ne peut avoir lieu naturellement puisque le corps ne produit plus d’ovocytes, la patiente recevra l’œuf fécondé in vitro.

Témoignage d’une femme devenue maman 06 ans après sa ménopause

Après trois FIV infructueuses et une ménopause avancée, Tess, 47 ans, a donné naissance à une petite fille. Comment cela est-il possible ?

Mariée en en Jamaïque en 2003, Tess avait effectué trois fécondation in vitro infructueuses. Ceci en dépit de sa ménopause avancée ! Tess et Neil son époux n’avaient qu’un rêve : fonder une famille. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. « J’étais censée revenir de la Jamaïque enceinte. C’était ça notre plan. Je savais que Neil serait un papa génial. Mais je n’arrivais pas à tomber enceinte. Les années qui ont suivies ont été très difficiles pour nous. Notre mariage en a souffert », témoigne Tess au magazine Closer.

Le couple entame une procédure de procréation médicalement assistée qui lui coûtera au total 17 000 euros et beaucoup de larmes. Après trois fécondations in vitro qui se sont toutes soldées par un échec, Tess apprend en 2010 qu’elle est ménopausée« Neil et moi avons alors décidé d’être famille d’accueil pour offrir à des enfants l’amour dont ils avaient besoin. »

Les années passent, Tess et Neil se sont faits à l’idée qu’ils n’auront jamais un enfant à eux. Mais à 47 ans, une nouvelle angoisse apparaît. Tess se sent mal. Depuis des mois, elle se sent gonflée, nauséeuse, fatiguée.

Craignant un cancer des ovaires, son médecin l’invite à faire une échographie de contrôle au plus vite. « Le médecin regardait le moniteur en passant la sonde sur mon ventre quand soudain, il me dit “Vos ovaires vont bien, mais regardez ça !” J’ai levé la tête vers l’écran et j’ai pu voir un bébé. J’ai demandé “C’est le mien ?” J’ai pleuré parce que je n’aurais jamais pensé que ça m’arriverait ! J’étais enceinte de trois mois et demi ! »

De retour à la maison, Tess retrouve son mari, rongé par l’angoisse d’une mauvaise nouvelle. « J’ai murmuré “Ce n’est pas un cancer. J’ai un bébé dans le ventre !”. Il a juré tout ce qu’il pouvait, il était fou de joie. » Quelques mois plus tard, Tess donnait naissance à une petite Molly en parfaite santé. Un miracle.

Une explication médicale à ce cas rare de grossesse post-ménopause ?

En effet, en 2015, gênée par les bouffées de chaleurs et autres effets de la ménopause, Tess est placée sous traitement hormonal de substitution et c’est peut-être, d’après les experts, ce qui a relancé le processus d’ovulation. Un miracle, peut-être pas, mais un joli coup de pouce du destin, assurément.

Leave a Reply