Grossesse pathologique

Grossesse et rubéole, quels sont les risques ?

Infection virale contagieuse, la rubéole est une maladie contagieuse dangereuse lorsqu’elle survient pendant la grossesse chez une femme non immunisée.

Cependant, une bonne majorité des femmes enceintes en sont immunisées car, ayant contractées la rubéole durant leur enfance. Certaines peuvent également acquérir leur immunité face à la rubéole suite au vaccin ROR administré dans l’enfance.

89% des femmes enceintes sont ainsi protégées par les anticorps qu’elles ont fabriqués soit durant leur enfance lorsqu’elles ont contracté le virus, soit à la suite du vaccin.

Mode de transmission de la rubéole

La voie respiratoire est le mode de transmission le plus répandu concernant la rubéole.

En effet, lorsqu’une personne infectée par le virus de la rubéole tousse ou éternue, des gouttelettes provenant du nez et de la gorge de la personne atteinte  peuvent atterrir dans le nez ou la bouche d’un individu se trouvant à proximité.

Comment se manifeste la rubéole?

En général, la rubéole cause une fièvre bénigne et de légers symptômes qui ressemblent au rhume, suivis d’une éruption. Les ganglions du cou peuvent enfler. La maladie dure environ 3 jours.

En effet, dans environ la moitié des cas, les personnes infectées ne présentent pas de signe de la maladie. 

Une personne qui a la rubéole est contagieuse 8 jours avant l’éruption et 10 jours après le début de celle-ci.

Elle développe parfois les symptômes suivants :

  • une fièvre bénigne et des douleurs et des courbatures légères, et parfois une rougeur des yeux 

Ces signes de la rubéole apparaissent quelques jours avant l’éruption peuvent afin de mettre la puce à l’oreille, mais ils sont inconstants.

  • ​une éruption de taches rosées ou pâles qui fait son apparition sur le visage et se répand sur le reste du corps 

Ces éruptions caractéristiques de la rubéole surviennent dans 50% des cas puis disparaît en trois jours sans cicatrices.

  • l’enflure et la sensibilité des glandes du cou, particulièrement derrière les oreilles 

Elle persiste une à deux semaines.

Ces symptômes apparaissent 14 à 20 jours après la rencontre avec le virus de la rubéole.

La maladie dure environ 3 jours et guérit généralement d’elle-même, sans complication.

Que se passe-t-il lorsqu’une femme enceinte est atteinte de rubéole ?

Le mode de transmission est le même chez tout être humain.

La femme enceinte est bien plus à risque en raison de la baisse de l’immunité qui s’installe sous l’effet de la grossesse.

Comment se fait le dépistage de la rubéole chez toute femme enceinte ?

En effet, le dépistage de la rubéole, réalisée à partir d’un prélèvement sanguin est obligatoire chez toute femme enceinte lors du premier examen prénatal, si la sérologie antérieure est négative ou inconnue.

Ce n’est qu’après les résultats d’examen que la femme enceinte saura si elle est immunisée ou pas.

Durant l’analyse, les anticorps suivants sont dosés :

  • les IgG permettent de voir s’il y a immunisation liée à une infection ancienne ou à une vaccination,
  • les IgM s’il y a eu une infection récente.

Après les résultats du premier test, une deuxième sérologie est en général effectuée quatre semaines plus tard pour étudier l’évolution des anticorps.

  • Si le taux d’IgG est inchangé ou très proche, vous êtes immunisée. Un résultat positif d’IgG (Immunoglobulines) au-dessus d’un certain seuil permet d’affirmer que la future maman est immunisée et a rencontré une fois le virus dans sa vie, ou alors qu’elle est vaccinée.
  • Si vous n’êtes pas immunisées  : la réalisation de sérologies, lors de la grossesse, permet de vérifier l’absence de séroconversion, c’est à dire l’absence de contamination par le virus.

En l’absence d’IgG, il est fortement recommandé de répéter systématiquement l’examen au cours des 4 premiers mois de la grossesse.

En effet, au-delà de cette date, la surveillance sérologique n’est plus nécessaire car les risques de malformations ou de complications dus à cette maladie sont inexistants. Il faut éviter tout risque de contamination surtout pendant les 4 premiers mois.

Attention si vous fréquentez des crèches, écoles maternelles, il faut éviter le contact avec des enfants rubéoleux.

En cas de séroconversion (apparition des anticorps), il faut contrôler la primo-infection rubéolique par la recherche d’IgM.

Rubéole : à quel point le fœtus est-il exposé ?

Si une femme enceinte n’est pas immunisée contre la rubéole et qu’elle la contracte dans les 4 premiers mois de sa grossesse, elle transmet généralement la maladie à son fœtus. La transmission se fait par voie transplacentaire.

Si le fœtus contracte la rubéole pendant les 12 premières semaines de grossesse, le bébé naîtra probablement avec de nombreux problèmes parmi lesquels : les problèmes oculaires (des yeux), auditifs (des oreilles) et cardiaques (du cœur).

Une interruption de grossesse est généralement proposée aux parents compte tenu de la gravité des malformations. Les bébés atteints de rubéole congénitale demeurent contagieux pendant plus d’un an. Les dommages que subit le fœtus dureront pendant toute la vie de l’enfant.

Si le fœtus contracte la rubéole entre 12 et 20 semaines de grossesse, les dommages sont généralement plus légers : A ce stade, le risque d’une atteinte grave est moindre. La maman sera suivie dans un centre de diagnostic prénatal et les décisions seront prises au cas par cas en fonction de l’état de l’enfant.

Quelles peuvent être les complications de la rubéole chez le fœtus ?

La principale complication est la rubéole congénitale, quand le virus se transmet de la mère au fœtus à travers le placenta.

Pour savoir que le fœtus est infecté, une amniocentèse est proposée après 18 SA. Elle étudie le génome du virus dans le liquide amniotique. Une ponction de sang fœtal aux alentours de la 22 SA permet d’évaluer la gravité de l’atteinte.

La rubéole congénitale entraîne en effet des malformations fœtales dont la gravité et la fréquence dépendent du terme de l’atteinte : 

  • Entre 8 et 11 SA : atteintes cardiaques, oculaires(essentiellement cataracte), de l‘oreille interne et cérébrales ( microcéphalie).
  • Après 12 SA : l’atteinte ne se produit plus que dans 35 % des caset est essentiellement auditive ( surdité avec surdi-mutité).
  • Après 16 SA : le virus de la rubéole peut entraîner un retard de croissance intra-utérin, avec atteintes viscérales.
  • Au-delà de 18 SA, les risques de malformation semblent quasi nuls.

Rubéole : existe-t-il des moyens de prévention ?

Vu la gravité des complications sur le fœtus, il est primordial d’en prendre des précautions.

Avant d’être enceinte : Au cas où vous n’avez pas été vaccinée contre la rubéole, vous devriez subir une analyse sanguine qui vous indiquera si vous êtes protégée contre la rubéole.

  • Si vous avez déjà été infectée contre la rubéole, vous êtes probablement déjà protégée.
  • Si l’analyse sanguine indique que vous n’êtes pas protégée contre la rubéole, vous devriez recevoir immédiatement le vaccin RRO (contre la rougeole, la rubéole et les oreillons) au moins 4 semaines avant de devenir enceinte.

Vous ne pouvez pas vous faire vacciner pendant la grossesse, car la vaccination est contre-indiqué pendant la grossesse.

La vaccination des femmes en âge d’avoir un bébé est donc indispensable pour protéger leur futur bébé.

  • Déjà enceinte : évitez d’entrer en contact avec des personnes atteintes d’une éruption qui couvre la plus grande partie de leur corps et qui a fait son apparition moins d’une semaine auparavant.
  • Si vous avez déjà été infectée par la rubéole ou que vous possédez les anticorps du vaccin, vous êtes probablement protégée. 
  • Nouvelle maman et pas immunisée : Vous pouvez vous faire vacciner en suites de couches pendant le séjour à la maternité.

Cela évitera bien des soucis lors d’une prochaine grossesse. L’idéal étant bien sûr de vacciner tous les enfants (filles et garçons) dès 1 an afin d’éviter qu’ils contaminent une femme enceinte.

 

Leave a Reply