Grossesse

Toxoplasmose et ses risques durant la grossesse

La toxoplasmose est  une infection parasitaire particulièrement dangereuse pour le fœtus, nécessitant un suivi régulier de la femme enceinte et de son bébé. 

La toxoplasmose est due à un parasite,  Toxoplasma gondii qui se multiplie dans l’intestin du chat et se propage ensuite dans tout leur organisme. C’est ensuite en disséminant tout autour d’eux leurs matières fécales que se fait l’infection.

Un chat d’appartement qui ne sort pas ne transmet pas la toxoplasmose car il est alimenté avec des produits industriels ou faits maison.

Le Toxoplasma gondii est un parasite très résistant  pouvant rester virulent pendant plusieurs mois dans le sol. L’environnement humide, tempéré ou chaud favorise leur propagation.

Les conséquences de la toxoplasmose peuvent être néfastes pour les femmes enceintes et les personnes au système immunitaire déficient, comme les porteurs du VIH.

Comment se transmet la toxoplasmose ?

La femme enceinte peut contracter la toxoplasmose de plusieurs façons :

  • en ingérant de la viande insuffisamment cuite,
  • via la consommation du lait non pasteurisé.
  • en s’occupant de son chat,
  • par la consommation des légumes et fruits qui ont été souillés et  mal lavés.

Toxoplasmose et quelques symptômes

Il est important de rappeler que, 87 % des personnes atteintes de la toxoplasmose, y compris les femmes enceintes, ne ressentent aucun symptôme.

 

Pour le pourcentage restant soit 13%, des symptômes suivants peuvent apparaître :

  • Légère fièvre (inférieure à 38 °C) 
  • Mal de tête 
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Ganglions du cou enflés 
  • Fatigue 
  • Éruption cutanée (petits boutons rosés) sur l’ensemble du corps .

Toxoplasmose et son dépistage

Tout comme la rubéole, le diagnostic de la toxoplasmose fait intervenir les immunoglobulines  dites IgG et IgM.  Le sérodiagnostic de toxoplasmose fait d’ailleurs partie des examens obligatoires au début de la grossesse. 

Que ce soit la 1ere, 2e ou 3e grossesse, la sérologie de toxoplasmose est importante.

Il est donc important pour toute femme enceinte de débuter les visites prénatales le plus tôt possible.

Quels sont les risques lies à la toxoplasmose sur le fœtus durant la grossesse ?

La sévérité de l’infection fœtale dépend du nombre et de la  virulence des parasites transmis ainsi que de l’immaturité immunitaire du fœtus.

L’âge fœtal au moment de la transmission est donc fondamental. Plus le toxoplasme est transmis tard, moins les lésions sont graves.

La période la plus dangereuse pour l’enfant se situe entre la dixième et la vingt-quatrième semaine de grossesse.

Concernant les risques, 3 cas se posent :

  • Infection antérieure à la conception (plus de 6 mois) : pas de risque de toxoplasmose congénitale 
  • Infection maternelle produite dans les semaines précédant la conception ou avant la 10ème semaine d’aménorrhée.

Le risque de contamination fœtale est très faible (environ 1%) mais les lésions, lorsqu’elles existent, sont graves .

  • Infection maternelle produite entre la 10ème et la 16ème semaine de grossesse.

Le risque de toxoplasmose congénitale est maximal quand l’infection maternelle se produit.

  • Après 16 semaines .

Le risque de transmission du parasite, est maximal. Toutefois, la maturation immunitaire du fœtus a progressé et les infections congénitales sont alors bénignes ou inapparentes.

En cas de toxoplasmose, les risques chez le fœtus sont très élevés, car le parasite peut traverser le placenta et infecter le fœtus se manifestant ainsi principalement par des malformations.  Nous avons :

  • Malformations cardiaques,
  • Malformations neurologique (Hydrocéphalie, Calcifications intracrâniennes )
  • Malformations oculaires, (Choriorétinite inflammation touchant deux parties de l’œil, la choroïde et la rétine) 
  • Retard mental 
  • Et dans certains cas de mort in utero.  

Toxoplasmose : quelle prise en charge ?

La femme enceinte est traitée par un antibiotique (spiramycine ou Rovamycine) par cures de 10 jours par mois jusqu’à l’accouchement. Ce traitement sans danger diminue de 60% les risques de transmission.

Dans certains cas, une amniocentèse s’avère nécessaire pour confirmer ou infirmer une toxoplasmose congénitale afin de savoir si le fœtus est touché.

En cas d’atteinte fœtale, deux antibiotiques sont administrés pour éradiquer le parasite et limiter les risques de complications fœtales.

Des moyens de prévention concernant la toxoplasmose ?

Oui , il existe effectivement des moyens de prévention concernant la toxoplasmose . Consultez notre article  sur la toxoplasmose et les moyens de prévention.

Leave a Reply